Arrangement et adaptation

💥L’adaptation consiste à réécrire les textes d’une chanson, la plupart du temps pour l’adapter dans une autre langue. L’éditeur peut être sollicité pour ou à l’origine d’un projet d’adaptation et doit s’assurer de l’accord des ayants droits originaux.
👉 L’adaptateur est souvent assimilé à la catégorie des “auteurs” dans les pourcentages et répartitions SACEM.

💥💥 L’arrangement d’un morceau de musique c’est la réécriture de la partition mélodique et harmonique tout en conservant le thème principal de l’œuvre d’origine. Avec un nouveau découpages mélodiques voire une nouvelle instrumentation, des modifications de tempo ou de style, l’arrangeur propose une version remaniée qui doit elle aussi passer par l’autorisation de l’éditeur et des auteurs compositeurs d’origine.
👉 L’arrangeur est souvent assimilé à la catégorie des “compositeurs” dans les pourcentages et répartitions SACEM.

💥 LE REMIX 💥

A ne pas confondre avec le ‘mix’ du DJ, le remix est le réarrangement d’une œuvre donnée, souvent à partir d’un enregistrement existant.

▶️ Contrairement à la reprise, quand on parle de remix on évoquer la réutilisation d’un enregistrement déjà existant (de l’exploitation d’une interprétation d’un·e artiste préalablement existante).

▶️ Du point de vue de l’enregistrement déjà existant et qui est réarrangé, on touche aux droits voisins (l’interprétation fixé de l’œuvre). En effet le remix est une version modifiée d’un titre enregistré, il utilise donc des ou toutes les parties de l’enregistrement existant : cette réutilisation est soumise à l’autorisation préalable du producteur et des artistes interprètes. (articles L213-1 L212-2 L212-3 du CPI)

Le remix s’apparente donc à du sampling dans le sens où il emprunte un matériaux pré-éxistant pour créer une œuvre nouvelle. Néanmoins si les titres constitués de samples s’apparentent à des œuvres composites, le remix est bien souvent considéré comme une adaptation ou une œuvre dérivée ART. L112-3 DU CPI.

Souvent cautionné par l’artiste et/ou le producteur originaux, le remix d’un morceau existant génére des droits d’arrangement et on déposera alors cette nouvelle version de l’œuvre comme une déclinaison du titre avec son arrangeur à la SACEM.

💥 DROITS & DJS 💥

Un·e DJ créé son set à partir d’œuvres déjà existantes, en les enchainant et les mélangeant (mix) selon de nombreuses techniques qui sont propres à cette/sa pratique.


Ainsi d’un point de vue légal, le DJ a longtemps été considéré comme un simple “pousse bouton” qui génère des droits d’exécution publique (DEP) en passant dans les enceintes d’un événement les enregistrements créés (droits d’auteurs) et réalisés (droits voisins) par d’autres.

Le·la disc-jockey n’a donc pas besoin d’autorisations pour passer les morceaux qu’il souhaite utiliser : les droits d’auteurs et droits voisins générés par sa prestation seront déclarés, collectés et fléchés à qui de droit.

En suivant cette logique, un·e DJ internationalement connu·e pourrait bien ne toucher aucune rémunération sur son interprétation (son set).


▶️ Heureusement s’il est membre de la SACEM (en tant que producteur par exemple : attention impossible de s’inscrire si on n’est pas auteur d’œuvres originales par ailleurs), il recevra environ 8% du montant collecté par ladite SACEM auprès de l’organisateur (le reste étant réparti aux auteurs des tracks utilisées lors du set). Ce statut de ‘DJ remixeur’ créé en 1997 garantit donc DJ un douzième du droit des œuvres qu’il mixe (on ne parle pas de simple selecta ici) s’il dépose un ‘programme’ en amont de son set sur scène. Il est alors assimilé à un arrangeur.
▶️ Dans le cas ou le mix est enregistré en audio et/ou vidéo, alors le·la DJ touchera des droits voisins s’il est inscrit comme interprète à l’ADAMI.

MAIS AUSSI

FESTIVAL NUITS SONORES 2024 ! [Tremplin]

Du 7 au 12 Mai, le festival explorera un nouveau site principal : Les Grandes Locos. Après son édition anniversaire, le festival entre dans sa troisième décennie avec une volonté encore plus affirmée d’être en phase avec son époque en juxtaposant les genres, les communautés artistiques locales et internationales, en combinant figures historiques et artistes […]

Décret son et festivals de plein air [WEBINAIRES]

Quel impact dans l’organisation de votre événement ? Deux rendez-vous pour permettre aux équipes des festivals de s’emparer concrètement des conclusions de l’expérimentation sonore menée sur l’application du décret Son en extérieur. MARDI 12 MARS 10H-12H · POUR LES ÉQUIPES DE DIRECTION Comment intégrer l’application de la réglementation sonore en plein air dans l’organisation de […]