Guide pratique: Le financement participatif culturel

Pour la première fois, en 2016, toutes tutelles publiques confondues, les aides au spectacle baissent*.

Après avoir poussé le secteur culturel vers le mécénat d’entreprise, (un échec puisque qu’il finance seulement 3% de la culture et évidemment peu les musiques amplifiées comme ça fait pas très classe d’inviter son partenaire japonais debout devant un concert punk avec une bière servie dans un gobelet en plastique), les financeurs-publics-qui-n-ont-plus-d-argent-a-cause-des-autres-financeurs-publics oriente les porteurs de projet culturels à se tourner vers le financement participatif, c’est-à-dire vers nous tous.

Évidemment ça n’invente rien, la souscription vous connaissez tous. Sauf qu’avec le web il y a des outils et des méthodes. On soulignera par exemple la sortie gratuite en i-book du guide pratique du financement participatif:

book-854

Ou encore l’accord entre le ministère en charge de la vie associative et Hello Asso, plateforme qui a l’avantage d’être gratuite, sans % pris pour la levée de fond. (elle gère aussi vos adhésions, des billetteries, etc.)

Payer ses impôts directement aux associations qu’on soutient c’est peut-être pas si con…

* cf. Telerama citant une enquête Syndeac